-- MENU GENERAL --




Accueil du site

Actualité

Mises à jour

Forum de discussion

Photothèque

Vidéothèque

Histoire des TC

Liens

Mentions Légales

A propos du site

RESEAU 2023




Organisation du réseau

Le réseau Métro

Le réseau tramway

Le réseau bus

Le réseau sous-traité

Plan de voies tram + VAL

Etat de parc VAL

VAL 206 & 208

Alstom BOA

Etat de parc Breda

VLC Breda

Etat de parc bus

IRISBUS Citélis 10 GNV

IRISBUS Citélis 12 GNV

IRISBUS Citélis 18 GNV

IVECO Urbanway 12 GNV

SCANIA Citywide LFA GNC

BREDA Vivactiy+ GNV

Synthèses autobus

Parc dépot Faidherbe

Parc dépot de Sequedin

Parc dépot de Wattrelos

Etats de parc sous-traitance

Keolis Nord : Comines
Lesquin, Seclin, Erquinghem

Keolis Westeel (Lesquin)

Dupas-Lebeda (Marcq)

Catteau Voyages (Pérenchies)

Mariot Voyages :
Salomé - Neuville-en-Ferrain

ID Voyages (Wingles)

Voyages Descamps (Salomé)

Mouvements dans le
parc des bus urbains



Les éditos de TransLille : mai et juillet 2015




Billet publié le dimanche 31 mai 2015 par Webmaster et lu par 835 internautes

EDITO DU MOIS DE MAI 2015 - Et si les trams n’avait pas été supprimés en 1966 ?

Le métro fait parti de note quotidien depuis plus de 30 ans. On l’aime et on le déteste mais comment seraient nos déplacements si MATRA et les universitaires lillois ne l’avait pas crée ? Les vieux tramways des années 40 auraient-ils été modernisés ? Assurément ! Faisons travailler notre imagination à présent et glissons-nous dans un continum espace-temps parallèle au notre.



La ligne B entre La Cité Hospitalière, Lille et Hellemmes aurait été réaménagée pour une meilleure fluidité de circulation . Elle aurait été dotée de tramways articulés de 30m de long. Elle aurait même été convertie en simili-métro entre Wazemmes, la gare et Pont de Bois. Et bien sur prolongé jusque dans la Cité Scientifique. Dans Lille, la ligne H serait devenue une épine dorsale du réseau entre Haubourdin, Lille et Mons en Baroeul, empruntant de grands axes avec ses longs tramways capacitaires.

Lomme n’aurait pas été oublié non plus avec la ligne I sur l’Avenue de Dunkerque puis se raccordant au chemin de fer de ceinture pour desservir les Portes de Lille jusque la gare SNCF. Du nord au sud, la ligne C serait devenue aussi une épine dorsale du réseau entre Wambrechies, Saint André, Lille et Wattignies. Les ronchinois et lambersartois auraient eux aussi eu droit à une ligne de tramways modernes et confortables les amenant au centre de Lille, Elle se serait nommée la ligne E. Enfin, la ligne J aurait été aussi réaménagée pour desservir Marcq, La Madeleine, Lille et, enfin, Villeneuve D’Ascq en association avec la ligne B.



Le réseau en étoile de Lille aurait ainsi conservé 6 lignes. Un paradis pour les amateurs de tramways. Mais les politiciens de l’époque, le Professeur Gabillard, ses élèves et MATRA ont travaillé pour nous inventer une réalité totalement différente. Réalité que chacun juge positive ou non...

EDITO DU MOIS DE JUILLET 2015 - Grand Stade : vous allez aimer... y aller à pied ?


Grand Stade : vous allez aimer... y aller à pied ?

Depuis l’ouverture du Stade Pierre Mauroy en aout 2012, 2 services de navettes en bus reliaient le majestueux édifice à la station de métro Les Prés d’une part et aux parkings de Pont de Bois (Stadium Nord) d’autre part. 15 et 13 bus étaient affectés à ces navettes, financées par le LOSC, locataire n°1 du stade. Le club de foot avait déjà renoncé au financement des titres de transport de ses clients au bout d’une saison. Pour la reprise de la saison 2015 - 2016, c’est au tour des navettes de perdre le financement. Le budget du LOSC est revu à la baisse, les prestations extérieures aussi.



Le financement de ces services de bus avait été organisé autour des recettes des parkings du stade. Mauvais calcul car les prix prohibitifs des débuts et la baisse concédée ensuite n’auront pas permis de remplir les parkings. Face à ce désengagement, c’est la MEL qui reprend le dossier des navettes bus. Un savant montage a été mis au point par la MEL pour s’assurer de toucher les maigres recettes des parkings pour continuer à faire rouler ses bus. Ainsi, ce sera Kéolis, délégataire du réseau Transpole, qui assurera l’exploitation des navettes, aidé en cela financièrement par Effia, filiale Kéolis spécialisé dans le stationnement.

Malheureusement pour les clients du LOSC, il faudra changer ses habitudes et se rabattre sur les navettes vers le métro Les Prés. Pourquoi ? Tout simplement parce que MEL n’a pas les moyens (et la volonté !) de continuer à financer le service vers le Pont de Bois. Il est bien dommage de ne pas avoir profiter de la remise en cause des navettes pour remettre à plat le dossier en fusionnant, par exemple, les deux services pour minimiser le côut global...



A la place de réfléchir, la MEL a tranché sans voir plus loin que le bout de son porte-feuille, déjà bien déplumé par le LOSC !




Dans la même rubrique


Fiches horaires COVID-19 des lignes suburbaines

Adieu train et bonjour autocar... en attendant le TRAM !

Pétition pour le rétablissement de la ligne 12 à Marcq-en-Baroeul

Livraison du 1er Urbanway 12 GNV ILEVIA

Eté 2019 : Travaux de voies sur le Mongy

Le renouvellement des poteaux d’arrêts est lancé

L’essentiel de la concession MEL - Keolis 2018 - 2024

Les Weppes, un territoire pas si paisible qu’il n’y parait

Les éditos de TransLille : mai et juillet 2015

Pétition de défense de la ligne TER Lille - Comines (n°5)


Trans'Lille, les TC de Lille-Métropole © 2000 - 2019 | SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0