Accueil du site|Forum de discussion|Actualité du réseau|Mises à jour du site|Photothèque| Vidéothèque|Histoire des TC de Lille-Métropole

Présentation du réseau ILEVIA|Etats de parc réseau ILEVIA par TC-Infos|Plan de voies tram + VAL (Carto.Métro)|Liens|A propos du site

ELRT : présentation des motrices type 200




Billet publié le mardi 11 mars 2014 par Webmaster et lu par 1676 internautes

# Fiche technique :

  • Longueur : 11,29 m.
  • Largeur : 2,1 m.
  • Masse à vide : 12,4 t.
  • Capacité : 80 places.
  • Puissance : 90 CV.
  • Captage : perche puis pantographe.
  • Ecartement : voie métrique.
  • Constructeur : Brissonneau et Lotz.

    #Epoque :
    De 1937 à 1972.

    # Compagnies :

  • Compagnie de l’Electrique Lille-Roubaix - Tourcoing.
  • Société Nouvelle de l’Electrique Lille-Roubaix - Tourcoing.

    # Lignes fréquentées :
    Cbarré : Tourcoing Gd’Place - Gare de Roubaix - Justice.
    Mbarré : Tourcoing Gd’Place - Risquons-Tout (très rare).
    7 : Lille-Théatre - Place de Marcq (1956 à 1972).

    # Numérotation :
    201 à 216

    # Historique :
    Avec la réception de ces motrices, l’Electrique Lille-Roubaix - Tourcoing rompait avec le style pseudo américain des motrices 10/100/300/400/600. En effet, ces nouvelles motrices innovaient en offrant une conception beaucoup plus souple en cas de réparation : tous les éléments de dislocation étaient supprimés, ce qui permettait de réparer par panneaux au lieu de déshabiller tout une partie de la motrice. Le plancher de la motrice se situait à 71 cm du sol grâce à l’emploi de roues de 58 cm de diamètre. L’ouverture/fermeture des portes devenaient automatiques par l’emploi d’électro-valves.

    Ces motrices préfiguraient les futurs tramways type 500 de 1949. Elles mesuraient 10,94 m de long pour une masse de 12,4 t et pouvaient embarquer 80 voyageurs. Au nombre de 16 (200-215), elles assuraient la desserte de la ligne entre la Gd’Place de Tourcoing et le quartir de la Justice à Roubaix par la le bd Gambetta et Gd’Place de Roubaix (Cbarré). Ces motrices ont aussi circulées à de très rares occasions (services spéciaux ou manque de matériel) sur la ligne Tourcoing Gd’Place - Risquons-Tout (Mbarré).

    A la fermeture du réseau de Roubaix-Tourcoing en 1956, les motrices 201, 203, 204, 207, 211, 213, 214 et 215 furent transférées au dépôt de Marcq-en-Baroeul et mises en service sur la ligne 7 entre la pl. du théatre de Lille et la pl. de Marcq, aussi appelé « Le Petit Marcq ». A l’époque, elles étaient réputées pour les problèmes de freinage avec leur frein à sabot avec lequel le mécanicien devait s’employer pour pouvoir s’arréter... Ces tramways ont été retirés du service juste après la Braderie de Lille, en septembre 1972 en raison de la fermeture de l’embranchement partant du Croisé-Laroche vers la place de Marcq-en-Baroeul.

    Issu du même constructeur, ces tramways avaient un air de famille avec les motrices type 500, construites 15 ans plus tard. Les extrémités, les portes, les aménagements intérieures sont quasiment les mêmes que sur leurs descendantes. Elles étaient surnommées « Michelines » en raison de la ressemblance avec les autorails SNCF de l’époque.




Dans la même rubrique


Quand un TADAO se perd chez Transpole

Rencontre entre une Duwag et un PR100.2

Historique des PR180.2 (8)501 à (8)520 de 1991

Historique de la desserte Lille - Marcq par le Mongy

Rénovation d’un SETRA S300NC par Autobus Passion

1989 - 2019 : la ligne 1 Bis du métro fête ses 30 ans

Historique de la desserte Tourcoing - Bondues

Une petite tranche d’histoire du suburbain Transpole

Historique des réformes des bus GNV ILEVIA

Breda dans la neige


Trans'Lille, les TC de Lille-Métropole © 2000 - 2019 | SPIP | |