SOMMAIRE




Accueil du site

Photothèque Trans'Lille

Histoire des TC de Lille - Roubaix - Tourcoing

Le métro VAL

Le tramway BREDA

Mises à jour du site

Multimédias

Photos du mois

Réseau Transpole en 2015

RESEAU 2015




Présentation du réseau

Organisation du réseau

Métro : Val 206 / 208

Le tramway Breda

Les bus de Transpole

Bus & cars des sous-traitants

Plan de voies Mongy + VAL

Les lignes de bus urbaines

Les lignes suburbaines

Boite à outils

Synthèses par dépots

Faidherbe : lignes et parc

Sequedin : lignes et parc

Wattrelos : lignes et parc

HISTOIRE DU RESEAU




Présentation géographique

Les autobus

Aperçu des lignes CGIT

Aperçu des lignes SNELRT

Les lignes crées sous TCC

Les lignes depuis Transpole

Les bus de la CGIT

Les bus de la SNELRT

Les bus des TCC

Les bus de Transpole

Les bus loués ou pour pièces

Les tramways

Présentation géographique

TRT : historique et lignes

ELRT : historique et lignes

TELB : historique et lignes

Les trams à voie normale

Les trams à voie métrique

Les trams lillois après 1966

Le renouveau du Mongy
Connexion | M’enregistrer | Rechercher | |

Index du forum » Blablas, transports d'ailleurs et vie du forum » Au Moulin Delmar, le bistrot du terminus



Poster un nouveau sujetRépondre au sujet Fabien Debaucheron, l' "extremebusrunner" de Transpole

Message Message posté le : 02 Fév 2012 14:52 
Avatar de l’utilisateur

07 Oct 2011 17:04

Messages : 2121

Localisation : Comines

Profil Hors ligne

Citation:
Un deuil de 200 km en Inde, ou la fuite en avant d'un coureur de fond
http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Roubaix/actualite/Secteur_Roubaix/2012/02/02/article_un-deuil-de-200-km-en-inde-ou-la-fuite-e.shtml

L'alcool, un fléau contre lequel le coureur lutte désormais en portant ce t-shirt à chaque course.

Il avait déjà fait le Maroc,le Mali, la Mauritanie. Mais l'Inde, jamais. Le coureur wattrelosien Fabien Debaucheron a franchi un cap en janvier en s'envolant pour le Kerala. Pas pour la gagne, mais pour faire le deuil de son frère décédé. Il aura quand même fini sur la quatrième marche du podium après 200 km de course.

PAR ALINE CHARTRELroubaix@lavoixdunord.fr

Qu'est-ce qui le pousse à aller toujours plus loin ? Le besoin de s'évader, de garder la forme, de ressentir des sensations extrêmes... « L'endorphine », « le shoot ». « C'est comme de demander à un fumeur d'arrêter. » Fabien Debaucheron n'en aura jamais assez. La preuve : après 15 ans de marathons, il en est venu à relever des raids de 100, 150 km, voire plus. Son dernier défi, c'est l'Ultra India Race, 200 km répartis en cinq étapes, dont il est revenu le 25 janvier. « J'avais toujours eu envie de courir de longues distances, confesse-t-il. Après des blessures à répétition, je ne pouvais plus courir vite. » Le Wattrelosien sourit vaguement, mais d'un sourire triste. Dur de croire que sous sa polaire verte Transpole (il est conducteur de bus) se cache un athlète de bientôt 40 ans, tant son corps est sec, avec un visage presque émacié. Un petit gabarit, en somme, que rien n'arrête. À ceci près que ce 8e raid en Inde a revêtu pour lui un caractère salvateur après le calvaire qu'il a connu.

C'était en février, l'année dernière. Il venait d'être opéré du talon d'achille après une énième blessure, Un premier coup dur rapidement suivi d'un deuxième, puisque quelques jours plus tard, son frère jumeau est décédé. Un accident de voiture à mettre sur le compte de l'ébriété du chauffeur, un ami à lui. À ce moment-là, Fabien Debaucheron n'a qu'une idée en tête : courir pour surmonter la douleur. « Mais je ne pouvais pas, et je ne pouvais pas évacuer. Ça m'a vraiment pesé. »
« Le corps n'est pas fait pour ça »

Son périple, préparé depuis des mois, il l'a vu comme « une branche à laquelle se raccrocher », et l'occasion de faire enfin son deuil. De son propre aveu, il en avait « un peu assez des paysages arides », et des « usines » à mille compétiteurs comme le marathon des Sables, au Maroc. À la place, il est allé se dégourdir les jambes avec 20 compagnons de fortune au Kerala, une province du sud-ouest de l'Inde, sur un parcours composé à 70 % de route.

« Je ne m'attendais pas à ce que ce soit si vallonné », souffle-t-il. Dès la première journée, sa jambe le fait souffrir, séquelle d'une tendinite contractée en décembre, qui l'avait empêché de s'entraîner un mois avant le départ. Fabien Debaucheron s'enfile des médicaments antidouleur à chaque petit déjeuner, mais chaque descente lui en fait baver malgré tout. Qu'importe, il n'est pas venu pour gagner. « C'était une façon de rendre hommage à mon frère. Dans la souffrance, j'avais le sentiment d'être plus proche de lui. » Il est quand même, l'air de rien, arrivé 4 e au classement, en 21 h 40. Et s'est libéré pour de bon ? N'écoutant que son courage et pas les appels de son corps, il planifie une nouvelle course de fond, au Rajasthan cette fois. « Le corps n'est pas fait pour ça. Ça fait sept ans que j'ai des douleurs. » Il le sait, mais il ne raccrochera pas.
Son blog : www.extremebusrunner.com.


Les TCs de Lille-Métropole : http://www.translille.com - AMITRAM : http://www.amitram.asso.fr - Autobus Passion : http://www.autobuspassion.com


Message Message posté le : 11 Avr 2012 20:02 
:) je visite de temps en temps le blog de Fabien, et je l'ai aussi comme ami sur facebook, mais je ne savais rien de son histoire! Je l'apprends ici et je me rends compte à quel point cet homme a une force interieure hors du commun! Je suis à la fois admirative et sous le choc en lisant ce post! Je suis vraiment scotchée de tant de courage! Moi qui peine tant à courir une heure d'affilée :/ vraiment je tire mon chapeau à cet homme admirable! :super: :super: :super:

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet



Index du forum » Blablas, transports d'ailleurs et vie du forum » Au Moulin Delmar, le bistrot du terminus


Au total il y a 0 utilisateur en ligne :: 0 enregistré, 0 invisible et 0 invité. Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités Statistiques : 2 messages
Traduction par: phpBB-fr.com